Démocratie

Proposition Liste
Développer le pouvoir d’agir des habitants : généraliser les budgets participatifs et les comités d’usagers, créer une plateforme participative numérique.
Organiser une consultation citoyenne sur tout projet municipal à la demande d’1/5e des électeurs, créer un comité local de l’urbanisme et un observatoire des engagements, consulter les Grenoblois sur l’élaboration du budget.
Des élus exemplaires : charte éthique sur les conflits d’intérêts, non cumul des mandats.
Créer des votations d’initiative citoyenne. La démocratie ne peut pas se résumer à un vote tous les 6 ans pour l’élection municipale ! Nous proposerons de multiples outils pour que vous puissiez participer à la vie de la cité, aux choix des grands et petits projets.Et notamment : lorsqu’une pétition réunira au moins 8 000 signatures, une votation (référendum local) sera organisée sur le sujet choisi par les habitants.
Instaurer des budgets participatifs soumis au vote des habitants. Vous serez invités à définir et voter sur le budget participatif de votre secteur (2 millions € par an, répartis sur les 6 secteurs de Grenoble). Ainsi, vous pourrez choisir les projets et aménagements à financer en priorité dans votre quartier.
Diminuer les indemnités d’élus et limiter le cumul des mandats. Nous reviendrons sur l’augmentation honteuse de 25% des indemnités des élus votée en 2008 par l’équipe sortante. Nous nous engageons à ne pas cumuler de fonctions entre deux exécutifs.
Nous nous engageons à ce que tout nouveaux programme de construction de logements soit précédé d’une réflexion sur les capacités d’accueil des équipements publics.
Nous proposerons des solutions innovantes pour les déplacements et l’accès à la ville et les soumettrons à référendum.
Nous créerons un « open data » de la donnée publique locale. Les documents publics de la collectivité seront accessibles en ligne librement et gratuitement. Il s’agit de marquer ainsi la volonté de construire une vie publique moderne où habitants et élus travaillent en confiance
Nous instaurerons le référendum d’initiative citoyenne. Cela signifie concrètement qu’avec les 8000 signatures qui ont été recueillies contre le projet de l’Esplanade, celui-ci aurait été stoppé net et soumis à référendum
Nous ferons des unions de quartiers nos interlocuteurs privilégiés pour la gestion de proximité. Les conseils de secteur ne seront plus coprésidés par un élu. Ils auront pour mission de veiller à la cohérence, l’efficacité et l’équité du service public. Ils débattront en amont des grands projets d’aménagement
Amélioration de l’écoute des citoyens par les élus au cours de leur mandat par des rencontres régulières sur les quartiers.
Révision des secteurs de la ville, en concordance avec les nouveaux périmètres des Unions de Quartiers. Création d’un nouveau secteur 4 central dans la ville. Rattachement du territoire de l’Union de Quartier centre gare au secteur 2.
Mise en place d’un élu et d’un interlocuteur référent au sein de l’antenne de secteur pour chaque Union de Quartier.
Participation citoyenne claire, efficace et indépendante, et fin de la coprésidence des CCS par des élus.
Réduction et coordination des réunions organisées par la ville et par la Métro.
Réaffirmation du rôle des unions de quartier qui seront au centre d’un travail collaboratif entre agents municipaux et citoyens
Amélioration des démarches de concertation par un partage des éléments dès que les idées sont validées par la majorité municipale
Une information mensuelle sur l’avancée des projets en cours et une explication claire et argumentée des choix retenus par la ville.
Initiation des enfants à la démocratie par la pratique (création de conseils des enfants par secteur, conseil des jeunes)
Diffusion du conseil municipal par internet et mise en ligne des décisions. De même pour la Métro
Mise en place d’une procédure d’alerte citoyenne sur les grands projets avec 5000 signatures de citoyens et saisine par le conseil municipal
La mise en place d’un référendum d’initiative locale sur les grands thèmes concernant la vie quotidienne des Grenoblois et rassemblant au moins 10.000 signatures.
La mise en place d’un suivi budgétaire public sur les principaux projets.
Créer des comités d’initiatives et de consultations, représentatifs de l’ensemble des associations qui, points de passages obligés de concertation, donneront leurs avis sur les dossiers, avant toute décision des assemblées délibérantes sur les dossiers majeurs.
Instaurer des conseils consultatifs des jeunes (18 à 25 ans) : réunis en groupes de travail, chaque commission travaillera sur ses propres projets à soumettre aux élus. Ces conseils disposeront d’une dotation budgétaire gérée de façon autonome.
Renforcer des pouvoirs indépendants d’expertises : chaque thème majeur doit faire l’objet d’un rapport de synthèse présenté en introduction des débats, émanant de compétences extérieures.
Clarifier l’ordre du jour des sessions des assemblées délibérantes : chacune doit être structurée autour de temps forts donnant aux citoyens la visibilité d’ensemble sur des sujets de fond.
La fixation partagée de l’ordre du jour avec les citoyens permettant aux citoyens ayant franchi un seuil d’un certain nombre de signatures (y compris via Internet) d’un temps de session pour provoquer les débats sur les sujets de leur choix.
La mise en œuvre de commissions d’enquêtes composées de façon proportionnelle à la représentation des groupes au sein des assemblées, disposant d’un réel pouvoir d’investigation avec la contribution technique officielle de fonctionnaires sur la base d’un choix volontaire.
La publication annuelle obligatoire de tableaux de bord de gestion par des Directions de l’Inspection, instances à créer. Par respect pour le citoyen et le contribuable, il est en effet indispensable de donner accès à une bonne information sur les réalités économiques, financières et sociales locales.
Organiser de façon systématique un débat semestriel de politique générale sur les actions municipales au sein de chaque Commune. Formule plus élaborée que le simple débat annuel de programmation budgétaire, ce cadre est l’occasion d’un échange d’ensemble sur le bilan des actions conduites comme sur la logique des actions nouvelles.
La normalisation de consultations populaires pour que la procédure référendaire devienne un cadre commun fréquent de décisions mieux partagées tout particulièrement en matière d’urbanisme.
Création d’un « open data ». Nous souhaitons établir une politique honnête. Et c’est dans cette démarche que nous voudrions créer un « open data » (données ouvertes à tous) concernant les subventions attribuées par la mairie. Les critères de financement seront redéfinis. Nous ferons contrôler les prêts contractés par la Ville et la gestion des services, par un organisme indépendant. Nous connaissons le déficit actuel de la ville et souhaitons que dorénavant, les citoyens soient tenus au courant.
Site internet dédié au Plan Local d’Urbanisme (PLU). Nous voulons rendre plus accessibles les informations concernant l’urbanisme grenoblois et permettre ainsi à toute personne une réalisation simplifiée de ses éventuels projets de construction.
Une diffusion des conseils municipaux en direct sur une WebTv. Nous proposerons la diffusion en direct des conseils municipaux sur internet, ainsi que des panneaux vidéo retransmettant les différentes informations municipales à nos habitants. Les Grenoblois seront donc informés des décisions et discussions menées par leurs représentants.
Nos mesures supplémentaires : Mise en ligne des actes administratifs, des sites internet pour les conseils de quartier, encouragement de la présence des femmes en politique, association des usagers au calcul de la tarification du chauffage urbain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *