Économie

Proposition Liste
Grenoble, capitale de l’innovation : diffuser les innovations dans tous les champs d’activité, notamment auprès des PME industrielles et de services, attirer de jeunes entreprises innovantes et accompagner leur développement.
Diversifier le soutien au développement économique : logiciels, environnement, énergie, santé, logistique, tourisme, soutien aux PME, économie sociale et solidaire, commerces de proximité et marchés.
Aider tous les ménages, par des plateformes d’aide simples et rapides sur le conseil budgétaire, la mobilité, la précarité énergétique ; instaurer une tarification sociale et progressive de l’eau.
Diminuer les indemnités d’élus et limiter le cumul des mandats. Nous reviendrons sur l’augmentation honteuse de 25% des indemnités des élus votée en 2008 par l’équipe sortante. Nous nous engageons à ne pas cumuler de fonctions entre deux exécutifs.
Eau, électricité, gaz, chauffage et transport : des tarifs justes, solidaires et écologiques. La tarification de l’ensemble des services publics locaux sera revue. Nous proposerons une tarification progressive de l’eau dont la première tranche sera gratuite. Nous améliorerons la progressivité des abonnements TAG et Métrovélo en allant jusqu’à la gratuité pour les jeunes de moins de 25 ans et les plus précaires. Nous garantirons le maintien de la fourniture de l’eau et de l’électricité pour tous.
Des services publics efficaces et libérés des ingérences du privé. Avec l’arrivée de la droite en 1983 à Grenoble, les services publics ont été livrés aux grands groupes. Depuis, nous avons re-municipalisé l’eau dont la gestion est aujourd’hui l’une des moins chères de France. Nous voulons poursuivre ce principe pour le gaz et l’électricité, le chauffage urbain, les parkings payants en ouvrage, etc.
Face au chômage, créer des emplois non-délocalisables. Plutôt que de subventionner à coup de millions et sans contreparties quelques grands groupes qui n’en ont pas besoin, la politique économique de la ville et de la Métro s’orientera d’abord vers les PME locales, les artisans, le commerce indépendant, les coopératives, l’économie sociale et solidaire. Des centaines d’emplois seront créés dans les filières d’avenir : transition énergétique, isolation des logements, recycleries, agriculture urbaine, emplois de médiations dans les quartiers, auprès des personnes âgées, etc. Nous conditionnerons les aides aux entreprises avec des critères sociaux, environnementaux et éthiques comme le refus du recours aux paradis fiscaux.
Des outils publics contre la spéculation et pour un logement accessible à tous. Nous remettrons à plat les grands projets d’urbanisme imposés de force (Esplanade, Flaubert, Presqu’île). Nous lutterons contre la spéculation immobilière qui fait flamber les loyers à Grenoble grâce à un nouveau Plan Local d’Urbanisme et de nouveaux outils publics permettant de construire des logements moins chers et pour tous.
Nous n’augmenterons pas les impôts
Nous réduirons les dépenses de fonctionnement et diminuerons drastiquement le train de vie des élus
Nous allègerons l’organigramme hiérarchique de la mairie pour un service public moderne et réactif
Nous construirons des partenariats entre le public et le privé pour mobiliser de nouvelles ressources d’investissement
Nous affecterons les nouvelles marges de manœuvre aux secteurs prioritaires comme la sécurité, la famille et le cadre de vie mais aussi à la réduction de la dette
Soutien aux projets innovants provenant du modèle Université-Recherche-Industrie, notamment à travers l’aide à la R&D
Soutien à l’économie solidaire, notamment par la mise à disposition de nouveaux locaux
Pérennisation des emplois dans la culture, le sport et les activités associatives
Développement des circuits courts
Soutien à l’économie circulaire et aux filières de revalorisation
Création d’un lieu de promotion des agriculteurs et producteurs locaux. Soutien à l’agriculture périurbaine
Maintien de zones d’activité économiques, notamment artisanales dans les quartiers.
Soutien à la mission locale pour l’emploi
Développement des hôtels et pépinières d’entreprises
Promotion des commerces qui vendent des produits locaux par l’élaboration d’un guide et aide aux marchés et producteurs locaux.
Renforcement des linéaires commerciaux
Création d’un local de distribution permanent pour les agriculteurs de l’agglomération.
Développement d’une ouverture tardive un soir de la semaine
Baisse les dépenses de fonctionnement pour plus d’investissement utile et moins d’impôts.
Rééquilibrage des dépenses de personnel dans les dépenses de fonctionnement
Publication de l’évolution des dépenses de la ville et des ratios principaux
Engagement avec les autres communes de la Metro d’une action vigoureuse pour mutualiser les services et les moyens afin de baisser le coût de l’action publique sans réduction de qualité. On doit pouvoir mutualiser au moins 10% des dépenses.
Engagement d’un plan de réduction des consommations énergétiques dans les bâtiments publics
Publication de l’évolution des dépenses de la ville et des ratios principaux
La baisse du nombre des adjoints au maire, de 22 à 10.
La baisse drastique des frais de bouche, des véhicules de fonction, des frais de mission des élus, du budget communication.
La baisse sélective des subventions aux associations qui reçoivent aujourd’hui 20 millions d’euros par an.
Des audits réguliers dans chaque service pour distinguer les financements nécessaires et les aides légitimes de ceux qui s’apparentent à du clientélisme.
L’utilisation de la « méthode canadienne » en matière budgétaire avec pour objectif 5 à 10% d’économies réparties sur toutes les dépenses générales sans exclusive.
La baisse des frais généraux et des frais de fonctionnement.
Le non remplacement systématique des départs à la retraite.
Mettre en œuvre un dispositif global, équilibré, diversifié qui reconnaisse le rôle déterminant de toutes les PME – PMI en la matière : ce qui est une orientation totalement différente de l’actuelle politique très discriminatoire conduite ces dernières années à destination de certaines filières exclusivement.
Accompagner les PME – PMI dans des domaines essentiels pour leur développement mais difficiles à vivre de façon solitaire à l’exemple de la relation avec le capital risque ou des brevets. S’agissant des brevets, mise en place d’un fonds public local chargé de participer au financement du dépôt des brevets avec remboursement différé dans le temps sur retour obtenu par la commercialisation des brevets en question.
Extension conditionnelle du dispositif public de garanties d’emprunts de façon à éviter l’impact des cautions personnelles pour les créateurs d’entreprises.
Application d’un dispositif local de « Small Business Act » pour assurer la reconnaissance du tissu économique de proximité.
Organisation d’une Conférence annuelle du monde éducatif pour faire le point sur tous les problèmes avec l’ensemble des partenaires de la communauté éducative et avec des représentants du monde l’entreprise (commerces, artisanat, PME – PMI, grands groupes).
Création d’un fonds de lutte contre l’échec scolaire : ce fonds sera abondé notamment par l’appel aux entreprises. Il est ainsi pour le moins surprenant de voir souvent celles-ci affecter des sommes considérables à des œuvres culturelles historiques et ne pas être au moins pareillement engagées dans la «richesse humaine» déterminante pour l’avenir.
Mise en place de « découverte des métiers » au sein des établissements scolaires en vue de multiplier, dès le plus jeune âge, les occasions de rapprochement entre le monde des écoles et celui de l’entreprise.
Renforcer des échanges « entreprise université » afin que les étudiants puissent bénéficier d’une formation totalement professionnalisante, ce qui passe par une expérience dans le monde de l’entreprise.
Les artisans doivent bénéficier de prêts bonifiés et conventionnés afin qu’ils disposent de moyens d’investir et de s’adapter.
Un effort prioritaire pour créer un pôle local de capital-risque ouvert aux investisseurs internationaux des pays émergents.
L’emploi dans l’agglomération grenobloise passe également de façon prioritaire par le renforcement réel du Sillon Alpin voué à terme à assurer une liaison privilégiée avec Genève, Capitale économique internationale. Ce projet de Sillon Alpin a été initié au début des années 1990. Ces dernières années, il n’a connu aucune évolution significative. C’est désormais la seule issue pour la structuration interdépartementale de l’agglomération grenobloise au moment où les autres liaisons territoriales privilégiées ont été affirmées à l’exemple de l’axe Lyon St Etienne.
De même, au sein de l’agglomération grenobloise, l’emploi suppose une approche territoriale entièrement nouvelle orientée certes sur le développement urgent de voies de contournement mais aussi sur une réelle logique multipolaire des bassins de vie dans l’agglomération grenobloise. Depuis 1995, c’est une grille de lecture de répartitions d’influences politiques qui a dominé de façon excessive. Il doit en être autrement. Cela passe par le respect des bassins de vie, leur développement équilibré. C’est aussi la révision du SCOT de la Région Grenobloise qui est à ce jour un outil d’amplification et d’accélération des déséquilibres qui sont déjà en marche avec des effets négatifs considérables. C’est enfin la révision des modalités d’interventions de la Métro afin d’évoluer vers une logique de mutualisation des tâches économe des deniers publics sans altérer les conditions d’efficacité, bien au contraire.
La création de dotations annuelles des « champions du Changement » destinées à aider les créateurs qui portent un projet risqué mais de nature à révolutionner un segment d’activité.
La relance du projet de Musée des Sciences (initialement localisé à la Bastille) destiné à populariser l’identité historique industrielle, commerciale et artisanale de l’agglomération grenobloise tout en vulgarisant le monde de l’entreprise d’hier comme celui de demain auprès des plus jeunes tout particulièrement, à l’exemple du Musée des Sciences de Boston.
L’encouragement prioritaire auprès de tous les organismes socio-professionnels locaux pour affirmer le pôle de l’agglomération face à la centralisation progressive sur Lyon y compris dans l’organisation des professions libérales. Cette logique passe par des contrats d’objectifs déléguant les actions et les moyens financiers aux structures professionnelles directement concernées, compétentes et toujours les plus motivées pour défendre leurs intérêts à l’écart des paralysies administratives des structures publiques généralistes.
Renforcer le commerce indépendant de proximité et la liberté de choix entre les moyens de déplacements en créant un « Pass shopping » permettant à chaque habitant de l’agglomération de stationner gratuitement dans les centres villes à certains temps forts de l’année à l’exemple de Noël ce qui sera également de nature à diminuer les écarts de concurrence entre le commerce indépendant des centres villes et les grandes surfaces commerciales situées en périphérie.
Nomination d’un adjoint au commerce. Il s’agit d’une mesure primordiale. Ainsi les commerçants et les jeunes entrepreneurs auront un interlocuteur direct au sein de l’équipe municipale.
Un site internet pour commander chez les commerçants grenoblois. Pour favoriser les enseignes grenobloises, nous voulons mettre en place un site de e-commerce. Les clients pourront y faire leurs achats à toutes heures. L’économie locale sera favorisée.
Une plateforme d’initiatives locales. Il est important de créer un réseau de professionnels où tous les secteurs seront représentés. Cela facilitera le transfert et le partage d’expériences et ce, dans le but d’aider les Grenoblois à entreprendre plus facilement.
Une clause pour l’insertion professionnelle dans les marchés publics. Le développement économique local passe aussi par l’emploi. Nous voulons promouvoir l’insertion professionnelle en créant une obligation spéciale pour les entreprises répondant aux marchés publics. Celles-ci devront embaucher des personnes en difficulté d’insertion. C’est l’un des devoirs de la municipalité de réduire le nombre de Grenoblois en situation de précarité.
Nos mesures supplémentaires : réduction des démarches administratives, créer un abonnement au stationnement pour les commerçants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *